Lumen: Protocole de présentation des articles en français

Les éditeurs sollicitent des articles de la part de tou/te/s les participant/e/s au congrès annuel de la Société canadienne d’étude du dix-huitième siècle. Lumen est une revue annuelle, bilingue et interdisciplinaire.

  1. Les articles ne doivent pas dépasser vingt pages, texte et notes compris.
  2. Les notes doivent être mises en bas de page.
  3. Les articles sont saisis à double interligne, y compris les citations et notes. Les pages sont numérotées consécutivement (chiffres en haut de chaque page, dans le coin droit) Une marge de 3 cm entoure le texte.
  4. Les auteurs sont priés d'envoyer, sur une page séparée, le résumé en français et en anglais (100 à 150 mots) de leur article. Les résumés des articles retenus seront publiés dans Lumen aussi bien que sur le site web CSECS/SCEDHS.
  5. Les auteurs d'articles retenus devront rédiger une brève description biographique (deux phrases au maximum), qui paraîtra dans les «Notes sur les collaborateurs».
  6. Des illustrations jugées essentielles pourront être incluses, mais il incombe aux auteurs d'obtenir la permission de les reproduire et de fournir aux éditeurs de leur numéro de Lumen des images de qualité utilisable pour l'impression.
  7. Les citations de plus de cinq vers ou lignes doivent être séparées du texte par quatre lignes.
  8. Les auteurs mettront leur nom et adresse sur une page de titre séparée afin de respecter l’engagement de la SCEDH à maintenir le caractère anonyme de l'évaluation des textes considérés pour la publication.
  9. Lumen ne prend pas en considération les articles qui sont en train d’être évalués par une autre revue.
  10. En plus de ces principes généraux, les éditeurs demandent aux auteurs des articles en français de suivre les consignes suivantes:

On utilise une seule sorte de guillemets, les chevrons («»), sans espace après le guillemet d’ouverture («) ni avant le guillemet de fermeture (»). Tous les appels de note sont placés à l’intérieur des guillemets et avant toute ponctuation. Les citations de plus de cinq lignes doivent être mises en retrait, sans guillemets. On met entre crochets [ ] ce qui est ajouté dans une citation; on met des points de suspension entre crochets […] pour ce qui est enlevé dans une citation.

On utilise de préférence l’italique au souligné; on ne mêle jamais l’italique et le souligné. On n’utilise pas les caractères gras dans le corps du texte. On ne tape jamais deux espaces de suite. On accentue les majuscules quand c’est nécessaire. Les siècles sont toujours en romains (XVIIIe siècle, etc.). Le tiret — est précédé et suivi d’une espace.

Dans les notes, le prénom des auteurs précède toujours leur nom. Dans la bibliographie, le nom précède toujours le prénom.

En cas de doute sur les majuscules ou les traits d’union, on consulte Jean Girodet (Dictionnaire Bordas. Pièges et difficultés de la langue française, Paris, Bordas, coll. «Les référents», 1988, 896 p.) ou Marie Malo (Guide de la communication écrite au cégep, à l’université et en entreprise, Montréal, Québec/Amérique, 1996, 322 p.).

Références bibliographiques : modèles

Article — Jean Coutin, «Enquête sur l’imaginaire du roman pornographique (1739-1789) : les bibliothèques», Études françaises, 32, 2, automne 1996, p. 19-30.

Livre — Norbert Elias, Qu’est-ce que la sociologie ?, traduction de Yasmin Hoffmann, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. «Monde en cours», 1991, 222 p.

Œuvre littéraire — Élisabeth Bégon, Lettres au cher fils. Correspondance d’Élisabeth Bégon avec son gendre (1748-1753), nouvelle édition, comportant deux lettres inédites, établissement du texte, notes et avant-propos de Nicole Deschamps, Montréal, Boréal, coll. «Compact classique», 59, 1994, 431 p.

Texte dans un volume collectif — Yvette Went-D’Aoust, «La correspondance Belle van Zuylen-Constant d’Hermenches : enfermement et cosmopolitisme», dans André Magnan (édit.), Expériences limites de l’épistolaire. Lettres d’exil, d’enfermement, de folie. Actes du Colloque de Caen. 16-18 juin 1991, Paris, Honoré Champion, coll. «Bibliothèque de littérature moderne», 17, 1993, p. 327-339.

Mémoire ou thèse — Annick Trégouët, «La poétique du regard dans le Tableau de Paris de Louis Sébastien Mercier», Montréal, Université de Montréal, Département d’études françaises, mémoire de maîtrise, mars 1998, vii/150 p.

Si l’article comporte une bibliographie, elle doit se limiter aux seuls textes cités dans l’article.